Apprenons le christmassien

Le guide linguistique indispensable pour assurer autour du barbecue sur l’île Christmas.

ARVO : C’est le moment le plus court de la journée, entre la sieste de midi et le « barbie » de 4h. Généralement employé par les touristes pour se faire atomiser par le soleil à la plage.

AUSSIE (OZ) : Dois-je vraiment préciser le sens de ça ? Un Aussie (prononcez « auzi ») est un habitant d’Oz, pas le pays imaginaire avec le magicien, non, juste l’Oztralie…

BARBIE : Que faire si on vous invite à « jeter » votre saucisse sur le « barbie » ? Ne paniquez pas. Il y aura toujours beaucoup plus à manger sur un barbecue australien que sur une… Barbie !

BOGAN : La version australienne du « plouc », non assimilable au style vestimentaire des Australiens. Eh oui, bande de p…, c’est surtout dans la tête qu’on est « bogan » !

BOOZE : Rien à voir avec une bouse, encore que… vous seriez surpris de voir à quoi vous pourriez ressembler après avoir bu autant de « booze » (alcool)  que les locaux !

CHOOK : C’est deux choses sur l’île Christmas. 1) la viande la plus courante dans votre assiette, toujours importée. 2) un terrible animal sauvage qui habite la jungle et surgit devant votre 4×4. Oui, c’est le poulet.

COOEE ! : Vous faites une randonnée dans la jungle. Vous êtes perdu ou au milieu d’un groupe. Beuglez « couiiii ! ». Aucune utilité particulière mais impossible de faire plus australien.

ESKY : Je garde la « booze » au frais et on me met à l’arrière du « ute » pour aller faire un « barbie » avec les amis, qui suis-je ? Oui, je suis, euh… comment on dit en français ? Une glacière isotherme portative ?

HEAPS : Signifie « énormément ». À utiliser pour toute quantité (de tout et absolument rien) comprise entre +0,01 et l’infini, surtout pour celles comprises entre +0,01 et +0,02…

HOW ARE YA ! : Se traduirait par « comment tu vas ? » mais veut plutôt dire « salut ». On y répond exclusivement par « good mate ». Ne renvoyez pas la même question par politesse, on vous prendrait pour un Martien !

I RECKON : L’équivalent de « j’pense que » ou de « j’crois que », mais en plus spirituel… pardon, spiritueux. Allez, répétition générale : « Mate, I reckon there’s gonna be heaps of booze at Art’s barbie this arvo ! »

MATE : Il y a une connotation sexuelle dans ce mot (accouplement des animaux), mais ne vous emballez pas : commencez par être le parfait étranger qu’on interpelle gentiment comme ça avant de sortir les griffes.

NO WORRIES : Vous avez enfin appris à dire « ta » et là, on vous répond « no worries ! », « pas de souci ! » Allez, habituez-vous à l’entendre cent fois par jour, ça vous manquera quand vous serez de retour chez vous.

PISSED : Quelqu’un qui serait « pissé » ? « Alors vraiment, aucune idée de ce que cela peut bien vouloir dire… » Cherchez bien, parce que c’est les Australiens en sont les champions toutes catégories avec les Russes.

TA : « Mais il se moque de mon anglais, ou il me prend pour un débile mental ! » Non non… ne paniquez pas, c’est vraiment comme ça qu’on dit « thank you » sur l’île Christmas… À quand la version française « me », « rrr », ou « ci » ?

TAKE A SQUIZZ : Si on vous dit ça en pointant du doigt quelque chose, surtout n’allez pas croire qu’on vous demande de déféquer sur la place publique. Vous pouvez simplement « jeter un coup d’œil » à ce qu’on vous montre !

UTE : Le « youte » est « youtilitaire », et pas qu’un peu : on le « youtilise » le plus souvent pour faire les 100m qui nous séparent du magasin, et le plus souvent seul aussi. Oui ! Vous avez deviné, c’est un « pick-up », en bon français !

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *