Anzac Day, l’autre fête nationale australienne

Curieuse Australie, avec ses deux fêtes nationales aux antipodes l’une de l’autre.

La première —Australia Day— sert de prétexte à beuverie pour la sélection annuelle des meilleures chansons rock et pop de la radio la plus écoutée au pays.

La seconde —Anzac Day— commémore une défaite militaire de la Première guerre mondiale dans une ambiance de recueillement quasi religieuse.

Anzac n’est pas une marque de biscuits, quoiqu’il existe des biscuits « Anzac » très populaires pour l’occasion.

53533.tif

Des soldats australiens dans les tranchées de Lone Pine, à Gallipoli, en Turquie, en 1915. Source: Wikipédia.

C’est un acronyme qui a servi à nommer plusieurs corps d’armée formés en majorité de soldats australiens et néo-zélandais.

Le premier, et le plus célèbre d’entre eux, a pris part à la campagne des Dardanelles (campagne de Gallipoli pour les Anglophones) face aux Ottomans en 1915-1916.

Le 25 avril 1915, les Britanniques, les Français, et leurs troupes coloniales respectives, débarquèrent à l’entrée du détroit des Dardanelles pour en forcer le passage et établir une liaison maritime avec leur allié russe, isolé à l’est par les empires centraux (empires allemand, austro-hongrois et ottoman).

S’en suivirent huit mois d’enlisement.

Wikimedia_Gary_Blakeley_Lone_Pine_Cemetery

Le cimetière de Lone Pine, à Gallipoli, en Turquie, est un haut lieu de pèlerinage pour les Australiens. Photo de Gary Blakeley via Wikimedia.

Ils rembarquèrent en sens inverse en janvier 1916 sans avoir rempli leur objectif, avec des pertes de près de 60.000 hommes, dont 8.709 côté australien.

8.709 : un nombre énorme pour une nation d’à peine 5 millions d’âmes, si jeune en plus.

C’est pour ça que les « Anzacs » sont rentrés dans l’imaginaire collectif.

Anzac_Day_Île_Christmas_1

Un représentant de la Nouvelle-Zélande prononce un discours devant les drapeaux en berne de son pays, de l’Australie et de l’île Christmas, pendant la cérémonie de l’Anzac Day, le 25 avril 2014 à Flying Fish Cove. Crédit Photo: Arthur Floret.

Tous les 25 avril donc, les Australiens se souviennent, à l’aube, de Gallipoli, et de tous leurs soldats qui sont morts au combat dans les autres conflits depuis.

Sur l’île Christmas, la cérémonie n’a pas dérogé au rituel très codé : chants simples, drapeaux en berne, minute de silence, discours vantant l’abnégation des Diggers, uniformes en veux-tu en voilà, et tout ce que le village compte de… Blancs.

Anzac_Day_Île_Christmas_2

L’assistance était nombreuse à la cérémonie 2014 de l’Anzac Day, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Il y a eu une petite particularité locale, cependant.

On a eu droit à des dépôts de couronnes de fleurs des représentants :

  • de la marine royale ;
  • du département de l’immigration et de la protection des frontières ;
  • et de Serco, la tentaculaire multinationale qui gère les centres de détention des demandeurs d’asile ici et en métropole.

Les deux premiers sont en « guerre » contre les boat people ; la dernière en fait son blé.

Les héros des Dardanelles doivent se retourner dans leurs tombes…

***

Au moment de publier ce billet, je tombe sur un article qui fait un parallèle intéressant entre les engagés australiens et néo-zélandais dans les troupes britanniques, et les engagés kanak et polynésiens dans les troupes françaises. Un rappel salutaire à ne pas manquer sur Le Monde.

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.