« Blowholes » : le rugissement de l’île Christmas

Si je vous disais que l’île Christmas fait du bruit, énormément de bruit —et je ne parle pas des gazouillis des oiseaux dans la forêt—, me croiriez-vous ?

Aussi sûr que chacun d’entre nous a sa propre voix et ses propres expressions vocales, qui toutes reflètent notre personnalité, l’île Christmas gronde, râle, gargouille, puis rugit.

Bonjour l’humeur.

Carte_Blowholes_Île_Christmas

Image d’Arthur Floret utilisant une carte d’Ewan ar Born via Wikimedia et une pince de crabe de Pixabay.com

Les millions d’années de violences marines qui ont sculpté ses côtes calcaires en dentelles meurtrières ont eu la fantaisie de produire des sortes d’orgues terrifiants sur tout son pourtour, en particulier aux bien nommés Blowholes (« trou qui soufflent »), les plus spectaculaires et les plus accessibles d’entre eux.

Vraiment très accessibles…

Blowholes_Plateforme_Île_Christmas_1

La plate-forme d’observation des Blowholes, sur la côte sud de l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Avec ses 5.000 mètres de hauteur, dont 4.700 mètres sous l’eau, l’île Christmas fait figure de forteresse inexpugnable, mais à quels incessants assauts doit-elle faire face !

Pas de banc, de plateau ou de déclivité qui puissent amortir les chocs. La haute mer heurte de plein fouet les murailles. On sent la terre trembler à des centaines de mètres dans la jungle.

Puis on entend le cri rauque, plaintif, rageur, le cri de l’île qui résiste, les souffles fous des tunnels verticaux qui ont été creusés par les pressions incessantes des vagues entre le niveau de l’océan et le dessus des falaises.

L’air, puis l’eau, que le ressac pousse et ravale, s’y engouffrent avant d’être pulvérisés à des dizaines de mètres au-dessus de vos têtes.

Blowholes_Île_Christmas_4

La côte sud est la plus dangereuse sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

On ferait volontiers fi des consignes de sécurité pour aller se faire joyeusement rafraîchir l’entre-cuisses s’il n’y avait un risque sérieux d’être placé en orbite par la force de ces turbines, ou au contraire d’être aspiré comme un simple cheveu dans le tourbillon de son bain.

Sans compter que les rochers sont aussi tranchants que des lames de rasoir.

Bref, il fait bon rester derrière les barrières de la plate-forme construite pour admirer le spectacle.

Blowholes_Plateforme_Île_Christmas_2

Des « bébés » Blowholes en action sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Mais si vous avez un bon microphone, le risque vaut la peine d’être pris pour un enregistrement spécial Mondoblog…

Accrochez-vous, on est quasiment dans la gueule du monstre !


The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.