2010 : le naufrage du SIEV 221

Le mercredi 15 décembre 2010, entre 6h40 et 7h00 du matin, une embarcation transportant 89 demandeurs d’asile et 3 membres d’équipage est fracassée par une mer démontée sur les falaises de Flying Fish Cove, sous les yeux de la population locale.

50 personnes trouvent la mort.

C’est le plus important naufrage en temps de paix dans les eaux australiennes depuis 115 ans.

Tous les ingrédients étaient réunis pour un désastre.

D’un côté, une petite île isolée avec des protocoles de détection inadaptés et du matériel de sauvetage déficient et mal entretenu.

De l’autre, un bateau de pêche en bois surchargé et en mauvais état, avec un nombre insuffisant de gilets de survie, pas de radio ou de GPS, et un personnel non qualifié pour ce type de voyage.

Entre les deux, 18 familles et 16 passagers indépendants, dont 24 bébés et enfants, pour la plupart originaires d’Irak et d’Iran, ayant donné entre 4.000$ et 8.000$ par tête à des passeurs pour faire la traversée depuis l’Indonésie dans des conditions qui leur étaient volontairement cachées.

30 corps seulement furent récupérés, mais l’enquête a permis d’identifier toutes les victimes.

Aujourd’hui 5 avril, jour du Qing Ming, la Toussaint des Chinois, une poignée de volontaires est allée nettoyer le monument dédié au naufrage du Suspected Irregular Entry Vessel n°221.

SIEV221_Île_Christmas_1

Un Christmassien rafraîchit le monument dédié aux victimes du naufrage du SIEV 221, à l’occasion du Qing Ming, la Toussaint chinoise. À l’arrière plan gauche, l’endroit où le drame a eu lieu. Crédit Photo: Arthur Floret.

Les pierres portant les noms et les âges des disparus, disposées autour de l’hélice du SIEV, ont été remplacées par des nouvelles, en suivant fidèlement la liste établie par le coroner.

SIEV221_Île_Christmas_2

Une pierre par personne disparue, celle-ci étant pour un bébé de 3 mois. En-dessous, la liste des victimes du naufrage du SIEV 221 établie par le coroner. Crédit Photo: Arthur Floret.

La mémoire des personnes qui espéraient alors trouver une vie meilleure en Australie est ainsi entretenue.

SIEV221_Île_Christmas_3

Le monument en l’honneur des 50 victimes du SIEV 221 à Flying Fish Cove, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Mais l’événement n’en finit pas de faire parler de lui.

Pas plus tard qu’il y a trois semaines, à Perth, un des passeurs ayant organisé le SIEV 221 a vu sa peine de 14 ans de prison confirmée en appel.

Avant d’acquérir la nationalité australienne en 2004, Ali Khorram Heydarkhani était pourtant lui-même un réfugié iranien.

En outre, à Canberra, les gouvernements successifs, en particulier celui de Tony Abbott, le nouveau premier ministre, sous le prétexte de protéger les demandeurs d’asile des « trafiquants d’êtres humains », ont adopté une série de politiques qui défient le droit international, la morale et le sens pratique (1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7)…

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.