Le cerf-volant des larmes

Un cerf-volant qui vole, rien de particulier a priori.

Sauf que c’est dans le ciel de l’île Christmas.

Un demandeur d’asile l’a fabriqué de toutes pièces au centre de détention de North West Point.

Pour les enfants qui vivent en liberté, ici.

Il n’a jamais vu son bébé à cause de son exil forcé, mais il a pu faire étrenner son oiseau de papier par une petite fille lors de sa seconde sortie depuis son arrivée… son arrivée, il y a dix mois.

Voilà, je n’ai pas le droit de vous dire ou de vous montrer quoique ce soit de plus.

* * *

Sur l’île Christmas, même les cerfs-volants sont suspects aux yeux des services de l’immigration.

Les rares « clients » qui obtiennent la permission de visiter l’île pour quelques heures ne peuvent pas ramener de photos souvenirs avec eux.

C’est aussi très mal vu de les emmener à la maison, au magasin, au restaurant, puisqu’ils n’ont pas vocation à s’intégrer à l’Australie.

Leur seul horizon, depuis l’année dernière, c’est la Papouasie-Nouvelle-Guinée (1, 2), la république de Nauru dans le Pacifique Sud (1, 2), et bientôt, semble-t-il, le Cambodge (1, 2, 3, 4).

Sans compter qu’ils sont fortement « encouragés » à rentrer dans leurs pays d’origine (1, 2).

Alors, la poignée de locaux qui se portent volontaires pour les accompagner finissent toujours par leur proposer la même plage, ou une ballade en forêt, en espérant ne croiser que des crabes.

Ils sont plus de 1.300 à partager notre eau, notre air, 1.300 indésirables qui pourrissent en moyenne 305 jours derrière les barreaux, et qui ne fouleront jamais le sol rouge de l’île-continent.

http://www.immi.gov.au/managing-australias-borders/detention/_pdf/immigration-detention-statistics-apr2014.pdf

 

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.