Grotte Daniel-Roux (haut) : fromage suisse, boyaux et tas de merdes

Amateurs d’endroits noirs, moites et qui sentent mauvais, sur l’île Christmas, pour vous, c’est Noël tous les jours !

Bon, d’accord… l’humour graveleux du Guide du crevard, c’est vrai que c’est nul.

Ceci dit, si la plongée sur les plus beaux tombants de l’Océan indien ou les randonnées au cœur d’une des jungles les plus originales du monde ne vous inspirent juste qu’un gros « Ah bah, grotte alors ! » après une semaine, ça tombe bien.

Les grottes, ici, on leur marche littéralement dessus.

La plus accessible d’entre elles s’appelle Daniel-Roux.

Carte_Daniel-Roux_Île_Christmas

Image d’Arthur Floret utilisant une carte d’Ewan ar Born via Wikimedia et une pince de crabe de Pixabay.com

Elle porte le nom d’un petit garçon d’ascendance romande, né à Flying Fish Cove dans les années 1950, et décédé trois ans plus tard. Mais cette connexion helvète, si elle est triste, en cache une autre amusante : l’île Christmas est, en effet, un vrai fromage suisse !

Fromage_Suisse_Île_Christmas_Original

L’île Christmas est un véritable fromage suisse. Image d’Arthur Floret utilisant une photographie de l’AFP via GoodPlanet.info et une photographie de Doctissimo.fr.

À partir du port, il suffit de conduire pendant dix minutes le long de la côte nord, puis, une fois à la fin de la piste, de marcher pendant encore dix minutes en suivant la même direction.

C’est en regardant le long des hauts murs de calcaire qui nous surplombent que l’on trouve l’indice de l’entrée de la grotte : une échelle, à moitié cachée par des banians, qui grimpe sur des rochers énormes.

Grotte_Daniel_Roux_Échelle_Île_Christmas

Cette échelle permet d’atteindre l’entrée de la grotte Daniel-Roux, en haut de la falaise, sur la côte nord de l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

La montée est assez physique, puisque c’est le sommet de la falaise qu’il faut atteindre.

Une fois en haut, néanmoins, on est récompensé par une belle vue sur la faille tortueuse et pleine d’éboulis dans laquelle Daniel-Roux est située.

En fait de grotte, il faudrait plutôt parler d’un système de grottes, une partie haute et horizontale, et une partie basse et verticale, qui rejoint la mer.

Une grille barre l’accès à la seconde, mais elle est plus indicative qu’autre chose ; je vous réserve cette exploration pour un prochain billet.

Entrée_Grotte_Daniel_Roux_Bas_Île_Christmas_Original

L’entrée de la partie basse de la grotte Daniel-Roux, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

L’entrée de la partie haute est une bouche béante qui ouvre sur une chambre vaste et tout en longueur.

Attention : pas de guide, pas de lumière électrique, pas de barrière, rien. C’est vous et la grotte, point barre.

Grotte_Daniel_Roux_Entrée_Île_Christmas

L’entrée de la grotte Daniel-Roux (haut), vue de l’intérieur de la première chambre. Crédit Photo: Arthur Floret.

Il y a une surprise, et de taille, au centre de cette première chambre : une montagne de fientes d’oiseaux !

Les salanganes endémiques (Collocalia linchii/esculenta natalis), qui nichent sous la voûte, font tomber une pluie sèche et silencieuse de cacas en continu.

Grotte_Daniel_Roux_Chambre1_Île_Christmas

Un tas de fientes de salanganes endémiques vous accueille dans la partie haute de la grotte Daniel-Roux, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

On aimerait savoir l’âge de ce monument, et surtout, s’il touchera un jour les nids…

Au fond à droite, vous avez une seconde chambre, la plus belle, qui termine la découverte « facile ».

À ce stade, il n’y a plus de lumière naturelle, plus de courant d’air, l’humidité est obsédante.

On peut toujours s’amuser à prendre des photos en balayant les parois avec le faisceau de sa lampe de poche pendant une minute.

Grotte_Daniel_Roux_Chambre2_Île_Christmas

La seconde chambre de la grotte Daniel-Roux (haut), sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Une troisième chambre —un placard, plutôt—, et vous pouvez voir le début d’un tunnel, d’un « boyau » dans le jargon.

De boyau, ça en a d’ailleurs plus que l’air : il faut s’y faufiler en rampant, c’est impossible de revenir en arrière sur soi-même.

Colon_Grotte_Île_Christmas

Un boyau, ça va, deux boyaux, ça va, trois boyaux, bonjour les dégâts! Image d’Arthur Floret utilisant une photographie de Richard Martzolff via Encyclopédie médicale Vulgaris.

Vous arrivez alors dans une quatrième chambre, puis encore un boyau plus long, une cinquième chambre… et là j’ai flippé.

Panique de claustrophobes, on était trois.

Avec les copains, on s’est alors amusé à immortaliser notre passage sur le tas de merdes au retour, j’avais des bons clichés à partager avec vous, et puis j’ai pensé, c’est quand-même plus à propos de mettre le Premier ministre australien en moule-bite là-dessus, non ?

Ceux d’entre vous qui connaissent la politique locale comprendront. L’image est à peine truquée.

Les autres, je vous laisse admirer cet homme d’État —pardon, cet homme d’étable— dans toute sa splendeur. On est sorti des boyaux après tout !

Tony_Abbott_Tas_Guano_Grotte_Daniel_Roux_Île_Christmas

Tony Abbott, un véritable homme d’étable. Image d’Arthur Floret utilisant une photographie de Guy Finlay via The Daily Telegraph.

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.