On n’a pas la Tour Eiffel, mais on a « ça »

Sur l’île Christmas, on n’est pas des béotiens. L’art, on connaît ça.

Moi ça m’a pris deux ans pour imaginer qu’il pourrait peut-être y avoir un monument ici.

Évidemment, comme il n’y a aucune place centrale au village, ni même de jardin public ou de bord de mer dignes de ce nom, c’est vraiment par hasard que je suis tombé dessus.

Art_Public_1

L’unique monument d’art public sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Le chef d’œuvre qui est censé nous représenter, pardon, nous propulser au rang des civilisés, est planté là, à deux pas des réserves de carburant, près du poste de police, le long d’un chemin que personne ne fréquente.

Il faut donc vraiment avoir une sensibilité artistique pour y regarder de plus près. Premier bon point, donc. Motivation, désir, volonté, envie.

Art_Public_2

« Hameçonné » (Hooked), par Christopher Trotter (2010). Crédit Photo: Arthur Floret.

On doit aussi reconnaître que ça ne laisse quand-même pas indifférent. Pour ma part, j’ai eu un peu la chair de poule, et ma compagne, je crois que c’était des frissons dans le dos. Deuxième bon point. Sentiments. Réaction physique. On tient la main de l’autre.

Art_Public_3

Crédit Photo: Arthur Floret.

Ensuite, on prend conscience que la collectivité a dû acheter ça avec l’argent des contribuables. Autrement dit, grâce à Dieu, troisième bon point : c’est de l’art public. Désintéressement, communion avec ses voisins.

Une petite plaque en métal nous présente d’ailleurs les logos des Médicis locaux, et, oh ! il y a écrit « artiste » dans le texte. C’est confirmé, c’est bien une œuvre d’art !

Et ça tombe bien, tout est prémâché : c’est quoi, c’est comment, c’est pourquoi.

Mais oui, l’art ouvert à interprétation, ce n’est plus de l’art. Si ?

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.