La cascade de Hugh’s Dale, l’anti Tahiti Douche

Que la journée a été longue… votre supérieur, votre postérieur, votre intérieur, tout est douloureux, et la météo grise, les enfants jaunes, le steak noirci, le mari rouge… Maudite journée d’hiver dans la grande ville, hein !

Soudain, tout s’arrête. Le silence tombe : vos secondes sont comptées, c’est le moment où jamais de souffler. Après il sera trop tard.

Contact. Télé. Publicité.

Ah, le rêve, cette belle cascade pour cette réclame de gel douche…

…et cette belle cascade pour cette réclame d’antipue…

…et cette belle cascade pour cette réclame de fromage frais…

…et cette belle cascade pour cette réclame touristique…

« Oh, attendez ! C’est quoi ça ? »

Vous sursautez, ça continue, toujours la même cascade générique absolument parfaite et la même bombe sexuelle au sourire niais, maintenant c’est pour du papier toilette, et là de l’eau minérale, « aaaaaah ! »

 

 

Non ! on ne vous embobinera pas avec ce paradis photoshopé. Vous faites un saut sur Internet la bouche écumant de rage, « tiens, je t’en trouverai des tigres en vadrouille dans cette jungle, et des serpents, des sangsues, des araignées mortelles, des asticots qui te percent la peau du pied, des petits poissons qui remontent ton canal urinaire, des nuées de moustiques porteurs de fièvre jaune, gnagnagna ! Disparue la greluche avec sa pâte à tartiner à l’ail et sa danse du ventre au ralenti, bouffée toute crue dans la vraie vie ! »

Et voilà, sans vous en rendre compte, vous venez de recharger vos batteries, comme le soir précédent, et celui d’avant, pour repasser à travers une journée identique le lendemain, et le surlendemain. Puis quelques mois passent…

Quelques mois passent et vous l’avez mérité votre deux semaines de pause, dans l’Océan indien en plus ! Direction un endroit garanti sans cataracte aux eaux douteuses et mannequin maquillé à la truelle, vous vous êtes inventé une passion pour l’ornithologie, ce sera l’île Christmas que personne ne connaît !

***

Inutile de dire que quand on vous a parlé de la cascade de Hugh’s Dale à votre arrivée, un frisson vous a parcouru, et c’est vraiment pour les oiseaux du coin que vous vous êtes finalement décidée à y aller.

Sentier_Cascade_Hughs_Dale_Île_Christmas

En allant à la cascade de Hugh’s Dale, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

L’atteindre s’est révélée une partie de plaisir, il suffit de monter un sentier en bois surélevé le long d’un ruisseau cristallin surpeuplé de crabes de toutes sortes. Ni autoroute et aire de stationnement, ni trek interminable à travers une forêt épaisse. La chute s’offre en toute simplicité au détour d’un grand arbre aux racines tortueuses. Sur ses hauteurs, une retenue naturelle d’où émane un parfum de mystère.

Chris_Bray_Cascade_Hughs_Dale_Île_Christmas

La retenue d’eau de la cascade de Hugh’s Dale, par Chris Bray. Source: Christmas Island Tourism Association.

Il faudrait être damné pour croiser un autre touriste dans les parages.

Carte_Cascade_Hughs_Dale_Île_Christmas

Image d’Arthur Floret utilisant une carte d’Ewan ar Born via Wikimedia et une pince de crabe de Pixabay.com

Et, coup de grâce : point de fauve à l’affût, pas de créature venimeuse, infectieuse, rien. Juste vous.

Vous vous êtes alors permis une douche purifiante pendant laquelle vous avez ri nerveusement en pensant à ces publicités débiles, puis vous vous êtes assise tranquillement, et vous l’avez sorti, votre pique-nique avec votre fromage, ce n’était pas prévu après tout, que vous feriez mieux que le petit écran.

Cascade-Hughs_Dale_Île_Christmas

La cascade de Hugh’s Dale, sur l’île Christmas. Crédit Photo: Arthur Floret.

Mais quelque chose est tombé dans votre sandwich, quelque chose de blanc et vert que vous ne connaissez que trop, quand vous allez au parc à côté de chez vous : une crotte de pigeon.

Votre petite bulle d’onirisme a semblé fragilisée… et puis non, après tout, si c’est ça le rappel à la réalité de la cascade de Hugh’s Dale, ça n’en retire pas la magie, bien au contraire.

Les pigeons de l’île Christmas sont en effet uniques au monde.

Sea_Kangaroo_Christmas_Island_Imperial_Pigeon

Pigeon impérial de l’île Christmas (Ducula whartoni), par Sea-Kangaroo. Source: iNaturalist.org.

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.