Razglednica sa Bozicnjeg ostrva : Bozicnje ostrvo je ostrvo kontrasta

Bozicno ostrvo je jedno bujno malo ostrvce koje se nalazi u Indijskom okeanu, oko 300km juzno od Indonezijskog ostrva Java. 2013. godine sam ovde proveo 6 meseci radeci kao psiholog u Australijskom zloglasnom centru za azilante.

 

Stanko_Saric_Portrait

Autoportret: Stanko Saric.

Ostrvo pripada Australijskoj teritoriji koje su je nasledili od Britanca 1952. Godinama, kao i dan danas, na Bozicnom ostrvu postoje velike rezerve fosfata koje kopaju rudari poreklom iz Australije i Malezije. Od 2001, Australijska vlada je takodje sagradila centar za obradu molbi azilanata koji imaju nadu da zapocnu bolji zivot u Australiji. Ti azilanti su uglavnom poreklom iz Afganistana, Irana i Sri Lanke and dolaze do Bozicnog ostrva Indonezijskim ribarskim camcima koji plove preko 300km Indijskog okeana. Cesto se desi da ti camci jednostavno nestanu zbog velikih talasa, oluja ili mehanickih problema.

Bateau_Demandeurs_Asile_Île_Christmas_2

Camac azilanata i Australijski partolni brod. Autorsko pravo: Arthur Floret.

Australijanci kazu da vole bezbrizan nacin zivota, u zemji koju zovu “land of plenty” (zemja izobilja). Medjutim, u poslednjih nekoliko godina, njeni politicari kao i medija su ukaljali taj imidz kako bi stvorili mracniju stranu Australijskog drustva. To se uglavnom svodi na diskriminatorne politike koje inspirisu rasizam. Australija je postala zemlja kontrasta. Dolaskom na daleko Bozicno ostrvo, koje pripada dalekom kontinenu, taj kontrast postaje jos jasniji.

Ingo_Arndt_Dawn_Crabs_On_Rock

Rakovi na steni (u zori). Fotografija Ingo Arndt (CITA).

Vasa poseta Bozicnog ostrva pocinje avionksim letom iz Perta koji traje 3.5 sati. Imajte na umu da možda nećete moci da sletite prvi put zato sto je ostrvo često obavijeno oblacima i pilot mora da odluči da li da sleti na veoma kratku pistu ili da se okrene nazad i pokuša sledeci dan . Kada bezbedno sletite, prvi utisci su blaga klima i osecaj nekog tropskog odmaralista. Jednako je divana džungla sa obe strane puta koji vodi ka ‘Flying Fish Cove’ naselju koje je udaljeno od 5km od aerodroma.

Justin_Gilligan_Above_Below

Iznad ispod. Fotografija Justin Gilligan (CITA).

Blize naselju , vidi se fantasticna obala i veoma plavo more . Covek bi pomislio da je dosao u raj koji je takođe preplavljen milionima crvenih rakova koji su poznati zbog godisnje migracije ka obali zbog njihove propagacije. Posto su ti rakovi zasticene zivotinje, kada prelaze ulicu , automobili moraju da se zaustave I sacekaju.

Chargement_Phosphate_Île_Christmas

Utovaranje fosfata. Autorsko pravo: Arthur Floret.

Kada konacno dodjete do smeštaja, shvatite zašto na ovom ostrvu ne postoje odmarališta sa 5 zvezdica. Pogled na more jeste lep, ali je infrastruktura  sagradjena za kopanje fosfata I obradu molbi za Australijski azil. Iako možete videti lepe i veoma retke vrste ptica koje kruze ostrvo,(kao Galapagos Indijskog okeana) , taj vid kvari pristanište za utovar fosfata.  A nedaleko se vidi I Australijska mornarica koja ceka Indonežanske ribarske brodove koji prevoze izbeglice ka ostrvu. Sve sto je ovde čovek dotakao je ružno , a sve sto je priroda napravila je savršeno.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Riva kod plaze Dolly. Fotografija Phil Cash (CITA).

Pa zašto onda posetiti Božićno ostrvo? Daleko je, skupo doći do njega i ne postoji kvalitetna turistička infrastruktura. Treba ga posetiti zato sto je priroda jedinstvena i veoma atraktivna. Preko 70 % površine ostrva je zaštićeno i cini dom retkim vrstama zivih bica. U danasnje vreme je retko naci ovakav ekosistem . Ako dodjete, postacete ljubitelj prirode a mozda cak i progledati Australiji kroz prste za njihovu ulogu u tretmanu azilanata. Pozdrav!

Stanko Saric

Rob_Hughe_Whaleshark_Feeding

Hranjenje ajkula. Fotografija Rob Hughe (CITA).


CARTE POSTALE DE L’ÎLE CHRISTMAS : L’ÎLE DES CONTRASTES

L’île Christmas est un petit îlot luxuriant situé dans l’Océan Indien, à environ 300km au sud de l’île indonésienne de Java. En 2013, j’y ai passé 6 mois à travailler comme psychologue au tristement célèbre centre australien de détention pour immigrés.

L’île est un territoire de l’Australie, qui l’a héritée des Britanniques en 1952. Depuis des années, comme à ce jour, l’île Christmas possède de grandes réserves de phosphate qui sont exploitées par des mineurs originaires d’Australie et de Malaisie. En 2001, le gouvernement australien y a également construit un centre de traitement des demandes d’asile pour les immigrés ayant l’espoir de débuter une vie meilleure en Australie. Ces immigrés sont généralement originaires d’Afghanistan, d’Iran et du Sri Lanka et arrivent sur l’île Christmas à bord de bateaux de pêche indonésiens naviguant plus de 300 km sur l’océan Indien. Il arrive souvent que ces bateaux disparaissent purement et simplement suite à de fortes vagues, à des tempêtes ou à des problèmes mécaniques.

Les Australiens disent aimer un mode de vie insouciant, dans un pays qu’ils appellent « land of plenty » (terre d’abondance). Cependant, ces dernières années, les politiciens, comme les médias, ont entaché cette image en révélant la face la plus sombre de la société australienne. Cela se traduit généralement par des politiques discriminatoires incitant au racisme. L’Australie est devenue un pays de contrastes. Lorsqu’on arrive sur la lointaine île Christmas, qui appartient au lointain continent, ce contraste devient encore plus net.

Votre visite de l’île Christmas débute par un vol en avion au départ de Perth, qui dure 3 heures et demie. Ayez à l’esprit que vous ne pourrez peut-être pas atterrir la première fois, car le ciel de l’île est souvent couvert et le pilote doit alors décider s’il peut atterrir sur la très courte piste ou s’il doit faire demi-tour et réessayer le jour suivant. Lorsque vous pouvez atterrir en sécurité, les premières impressions sont un climat doux et la sensation d’arriver dans un site touristique tropical. La jungle des deux côtés de la route menant à la ville de Flying Fish Cove, située à 5 km de l’aéroport, est également magnifique.

À proximité de la ville, on découvre un littoral fantastique et une mer très bleue. On croirait être arrivé au paradis, mais un paradis également envahi de millions de crabes rouges, qui sont connus pour leur migration annuelle vers la côte en vue de se reproduire. Ces crabes étant des animaux protégés, lorsqu’ils traversent la route, les voitures doivent s’arrêter et attendre.

Lorsque vous arrivez enfin à votre lieu d’hébergement, vous comprenez pourquoi cette île ne possède aucun complexe 5 étoiles. La vue sur la mer est belle, mais les infrastructures sont bâties pour l’exploitation du phosphate et le traitement des demandes d’asile en Australie. Bien que vous puissiez voir des espèces d’oiseaux belles et très rares survoler l’île (surnommée les Galápagos de l’Océan Indien), cette vue est gâchée par l’aire de chargement du phosphate. Non loin de là, on voit également la marine australienne attendre les bateaux de pêche indonésiens transportant des réfugiés vers l’île. Tout ce que l’homme a touché ici est laid, alors que tout ce que la nature y a créé est parfait.

Mais alors, pourquoi visiter l’île Christmas ? C’est loin, le voyage pour s’y rendre est cher et elle ne possède aucune infrastructure touristique de qualité. Il faut la visiter parce que la nature y est unique et très attrayante. Plus de 70 % de la superficie de l’île est protégée et constitue le foyer d’espèces vivantes rares. Il est aujourd’hui rare de trouver un tel écosystème. Si vous venez, vous deviendrez un amoureux de la nature et pardonnerez peut-être même à l’Australie son rôle dans le traitement des immigrés. Salutations !

Stanko Saric

Traduction : Jana Davico (OTTIAQ, ACR, ATTLC)

The following two tabs change content below.
Arthur Floret
Anthropologue de formation et passionné de voyages, j'ai étudié et travaillé sur les cinq continents. J'ai notamment habité de 2011 à 2014 sur l'île Christmas (Océan indien). "L'isle aux rostres" vous emmène à la découverte de ce concentré d'extrêmes —écosystème unique au monde, dernière colonie occidentale en Asie, principal point de transit des boat people vers l'Australie, paradis des joueurs d'argent, mine de phosphate à ciel ouvert— et... tout simplement, de la vie quotidienne sur une petite île tropicale.