Je m’en sortirai

Vous m’enfermez derrière des barreaux
et vous piétinez mes espoirs
mais ce n’est que poussière,
et un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez fuir ma tristesse
et m’envoyer à Manus,
mais un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez cacher la réalité
et me briser le coeur,
mais un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez m’envoyer ailleurs.

Pourquoi ne pouvez-vous pas m’aider ?

Je ne suis peut-être qu’une enfant
qui a besoin de votre assistance.
Vous pouvez m’envoyer dans d’autres pays
et me tirer dessus avec vos mots.
Mais un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez me punir
en me racontant des mensonges,
mais un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez me tuer avec votre comportement haineux,
mais ce n’est que de l’air,
et un jour je m’en sortirai.

Vous pouvez vous moquer de mon affreux passé
et vous délecter de mes larmes,
mais un jour je m’en sortirai.

J’ai peut-être d’indicibles souvenirs
enracinés dans la douleur,
Hélène_Floret_Tatard_Portrait_Femme_Détailmais un jour je m’en sortirai.Hélène_Floret_Tatard_Oiseau_Mystérieu_Détail_1

 J’ai peut-être laissé derrière moi
une vie remplie d’effroi et d’horreurs,
mais un jour je m’en sortirai.

Est-ce que je vous dérange
avec toutes ces pensées ?

Je suis une demandeuse d’asile
qui cherche la liberté
et je n’ai nulle part où aller.

Seriez-vous surpris si je vous disais que,
quoique vous m’ayez fait,
je vous pardonnerai un jour ?

Où que vous m’envoyiez,
du moment que je puisse voir le soleil et la lune monter dans le ciel,
je me relèverai…

Hani Aden

* * *

Être enfermée derrière des barreaux

Si seulement vous pouviez ressentir la douleur que j’ai d’être enfermée derrière des barreaux.
Si seulement vous pouviez voir à quel point mes yeux pleurent à chaque moment.
Si seulement vous pouviez savoir ce que cela signifie pour moi d’être une personne normale,
comme n’importe qui — comme les gens qui vivent de l’autre côté des barreaux.
Si seulement vous pouviez voir le monde que j’ai laissé derrière moi.
Si seulement vous pouviez voir comme je me sens seule sans ma famille,
en sachant qu’ils ne sont pas en sécurité.
Si seulement vous pouviez m’entendre, et écouter pourquoi je suis venue.
Si seulement vous pouviez ressentir la douleur dans ma poitrine.
Si seulement vous pouviez voir combien de fois je me réveille au milieu de la nuit,
mon sac bleu pour Nauru attendant sur le pallier.
Si seulement vous pouviez voir combien de rêves j’ai pour le futur.
Si seulement vous pouviez voir comme je suis impatiente d’être enfin libre.

Sabrin Ahmed

Hélène_Floret_Tatard_Marche_Détail

Je vais vivre, je vais survivre, et on me demandera

Je vais vivre, je vais survivre, et on me demandera :
À quel point c’était dangereux de quitter mon pays seule ?
Comment ma famille m’a permis de partir ?
À quel point j’avais peur pour moi-même — peur d’être violée ou tuée ?
Comment j’ai pris la décision de voyager seule ?
Comment j’ai survécu sans nourriture certains jours ?
Comment j’ai marché nus pieds — même en étant blessée ?
Comment je les ai laissés m’enfermer dans les toilettes ?
Comment je suis restée dans ces toilettes pendant des heures ?
Comment j’ai sauté d’un bout du monde à l’autre et me suis abîmée ?

Comment j’ai su que j’étais arrivée au bon endroit ?

Je vais vivre, je vais survivre, et on me demandera :
Dans quel état j’étais à l’idée de venir en bateau ?
Dans quel état j’étais à l’idée de risquer ma vie ?
Si je savais que je devrais rester en détention ?
Si je savais que j’étais arrivée « illégalement » ?

Hélène_Floret_Tatard_Oiseau_Mystérieu_Détail_1bMais je souriraiHélène_Floret_Tatard_Portrait_Enfant_Détail
— et je les écouterai —
parce que, après avoir survécu à la mer,
je pensais être née à nouveau.

Quand ils demanderont :
saviez-vous que la loi avait changé ?
Je leur dirai :
je n’avais pas le choix.
Quand ils diront :
n’est-ce pas douloureux de se souvenir ?
Je leur répondrai :
c’est du passé.

Quand ils demanderont :
que prévoyez-vous faire maintenant ?
Que voulez-vous faire dans le futur ?
Je leur répondrai :
je prévois vivre en Australie
et je veux être journaliste.

Ils demanderont :
et si on vous envoie ailleurs ?
Et je leur dirai :
aussi longtemps que je respirerai, j’atteindrai mes buts.

Hani Aden

* * *

Un nouveau-né derrière les barreaux vs le Premier ministre australien

M. Abbott :
Les demandeurs d’asile qui entrent illégalement par bateau dans ce pays ne pourront jamais s’installer en Australie.

Le nouveau-né derrière les barreaux :
Et moi, M. Abbott ? Je ne suis pas arrivé en bateau, en avion, en bus.
Je suis né sur le sol de l’Australie.

M. Abbott :
Nous allons les envoyer à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le nouveau-né derrière les barreaux :
Excusez-moi M. Abbott, veuillez répondre à ma question.
Voulez-vous dire que je n’ai aucun droit dans ce pays alors que j’y suis né ?

M. Abbott :
Ils ne pourront jamais s’installer en Australie.

Le nouveau-né derrière les barreaux :
M. Abbott, allons-y alors à Nauru ou en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Si je ne puis être australien simplement parce que mes parents sont venus en bateau,
alors vous non plus ne pouvez être australien parce que vos ancêtres aussi sont venus en bateau.
Allons-y, mon ami.

Sabrin Ahmed

Hélène_Floret_Tatard_Mains_Détail

Fragments 1

Pendant tout ce temps j’ai essayé de me faire des amis — et j’ai réussi — mais aujourd’hui ils sont partis.
Que dois-je faire maintenant ?
Je suis la seule.
Je suis si triste et si  seule.
Je ne peux pas croire que j’avais des amis comme eux et maintenant l’Immigration les a envoyés loin de moi.
Ils m’ont fait marcher seule dans le camp.
Je ne crois plus avoir le droit de vivre après que tous mes amis aient été envoyés à Nauru.
Que dois-je faire maintenant ?
Je suis si triste et seule.

Hani Aden

* * *

Fragments 2

Cher pigeon voyageur, envoie ce message.
Envoie une image de mes yeux à Abbott
d’où les larmes coulent comme une rivière,
envoie mon coeur plein de chagrin,
envoie mes pensées par trop nombreuses,
envoie-lui les images du pourquoi je suis là.

Sabrin Ahmed

Hélène_Floret_Tatard_Mer_Détail

Commentaires

khadim
Répondre

Waw ! De très beaux poèmes ! Leurs auteurs sont vraiment doués, dommage pour l'Australie elle ne sait pas ce qu'elle perd !